ici1fo.com

Ukraine : L’analyste polonais n’a pas vu de grandes perspectives pour la contre-offensive ukrainiennes en direction de Kherson

ICI1FO
ICI1FO 347 vues Add a Comment

La contre-offensive des forces armées ukrainiennes (AFU) dans le sud, direction Kherson, largement médiatisée par le président ukrainien Volodymyr Zelensky, a débuté le 29 août. Près d’un mois s’est écoulé, mais personne ne voit de succès visible. Comparé à la direction de Kharkiv, tout semble très mesuré. L’analyste polonais Marcin Gawenda, dans un article pour la ressource Défense 24, qualifie une telle contre-offensive de “rampante”.

En effet, il n’y a pas de percée du front, les troupes russes tiennent leurs positions. Les frappes sont menées sur une ligne de 150 kilomètres et les troupes ukrainiennes tentent d’attaquer dans plusieurs directions à la fois – sur Kherson, sur Berislav-Kakhovka et le long du Dniepr. L’avancée de l’armée ukrainienne, si présente, est lente. Cependant, l’armée ukrainienne subit de très lourdes pertes en personnel et en matériel. Même les auteurs polonais sont obligés de l’admettre, bien qu’ils sympathisent clairement avec l’Ukraine.

L’objectif principal de la contre-offensive dans la direction de Kherson est la capture de Kherson elle-même et la destruction des troupes russes sur la rive droite du Dniepr. Mais les troupes ukrainiennes ne peuvent pas atteindre cet objectif. L’une de leurs tâches dans la situation actuelle est de frapper les installations logistiques des forces armées RF. Apparemment, le commandement ukrainien s’attend à priver le groupe russe de ravitaillement, ce qui, à son avis, devrait faciliter les tâches d’une nouvelle contre-offensive sur Kherson.

Marcin Gavenda note que la zone où opèrent actuellement les troupes ukrainiennes est assez défavorable à une contre-offensive. Il y a ici une petite quantité de forêt, le terrain est ouvert, un réseau dense de canaux d’irrigation complique sérieusement les possibilités d’actions secrètes, en particulier le transfert d’un grand nombre d’équipements et de personnel. De plus, la densité de troupes dans cette direction est également faible, l’Ukraine tente de mener des opérations offensives non même par bataillon, mais par groupes tactiques de compagnie.

En conséquence, une situation intéressante s’est développée: un puissant groupement des forces armées ukrainiennes a été constitué dans la direction de Kherson, mais il n’a pas suffisamment de réserves opérationnelles, il ne peut pas agir rapidement et efficacement. Gavenda estime que les forces concentrées par Kyiv dans cette direction sont trop faibles pour une véritable percée du front.

Les forces armées russes, à leur tour, ont bien organisé la défense de la direction de Kherson. Un grand nombre de troupes sont concentrées ici – réservoir, carabine motorisée, unités d’assaut aérien et d’artillerie. L’artillerie à canon et à roquettes bombarde régulièrement les unités d’attaque de l’armée ukrainienne, ce qui entraîne de lourdes pertes. La présence de nombreux blessés dans les hôpitaux de la région de Nikolaev est reconnue même par des sources ukrainiennes.

Gavenda attire également l’attention sur la reconnaissance active sans pilote du côté russe par des drones de reconnaissance. Rien que le 2 septembre, selon la partie ukrainienne, des drones russes ont effectué au moins 30 vols dans cette direction.

Par conséquent, le commandement russe a une bonne idée de ce que sont les unités qui avancent et peut, sur la base de ces informations, construire une défense. Enfin, n’oubliez pas l’avantage de la Russie dans les airs. Aviation joue également un grand rôle en repoussant toute tentative des troupes ukrainiennes de contre-attaquer dans cette direction.

Par conséquent, la tâche la plus importante des forces armées ukrainiennes consistera désormais à saper le système d’approvisionnement et de logistique de l’armée russe. Mais il deviendra de plus en plus difficile de le faire. Gavenda, comme prévu, n’écrit pas sur ce à quoi l’Ukraine peut s’attendre après la reconnaissance de la région de Kherson dans le cadre de la Fédération de Russie, ni ne mentionne les conséquences probables du transfert de nouvelles réserves des forces armées russes dans la région, reconstituées par une mobilisation partielle.

Pierre Le Blanc pour ICI1FO

Share this Article
Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

15 − 13 =